Facebook
Google +
Twitter

Pays de Gex - l'actualité immobilière

Publié le 18 février 2021

Un marché qui tient bon

980 000 transactions ont eu lieu en 2020, année de la Covid-19. C’est moins que l’année record de 2019, et pourtant… Le nombre de transaction en 2020 est égal à celui de l’année 2018 et fait partie des meilleurs résultats de la décennie. 

Qu’en est-il du Pays de Gex ? Voyons-nous d’aussi bons résultats sur le marché gessien ? Pour le savoir, il faut regarder un peu de l’autre côté de la frontière et se souvenir de l’adage : « quand Genève tousse, le Pays de Gex s'enrhume ». Le cadre français (fiscalité, crédit, etc.), mais aussi les résultats de l’économie suisse déterminent donc la bonne santé du marché gessien.

Selon une étude de Swiss Re, la Suisse a la plus forte résilience au monde (après le Canada et la Finlande) face aux impacts économiques de la Covid-19 ; mais il existe un chômage chez les frontaliers travaillant dans le secteur hôtelier et le BTP.

Côté français, la nouvelle loi de finances maintient le dispositif Pinel et préserve un volume élevé de ventes de neuf dans le Pays de Gex. L’économie française tient encore bon et l’achat immobilier -accompagné par un agent- apparaît plus que jamais comme une valeur refuge.

Une demande élevée, une offre réduite

La confiance préservée des clients et l’accès facilité aux crédits à taux bas laissent entrevoir une dynamique positive du marché à brève échéance.

Le législateur veut en effet soutenir la demande par des taux bas. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) autorise à emprunter sur 27 ans -contre 25 ans auparavant- et à avoir un taux d’endettement de 35%, contre 33% précédemment.

Effet Covid-19, la demande a augmenté récemment sur les rez-de-jardin et sur les maisons de volume identique à des appartements de type 4 et 5. Les acquéreurs recherchent aussi un meilleur accès aux transports.

Pour l’offre, les nouvelles règles d'urbanisme du PLUIH -planifiées sur 10 ans dans chaque commune- limitent pour la première fois le nombre de constructions annuels de logements neufs. Cette réduction de l’offre va créer pendant plusieurs années un déséquilibre avec une demande en hausse dans un contexte de croissance démographique du pays de Gex, et donc une hausse des prix.

Un avenir pas si sombre pour les professionnels de l’immobilier

Le marché gessien présente donc plusieurs signes de bonne tenue. Les professionnels de l’immobilier (dont nous-mêmes) anticipent une stabilisation, voire une légère baisse des prix selon l’évolution de l’économie. Cependant, la période est vue comme favorable par les agents immobiliers grâce aux taux de crédit attractifs et à une forte reprise économique attendue une fois la crise derrière nous.